Eden, de Monica Sabolo

Eden, de Monica Sabolo

Quelle rentrée littéraire ! Moins d’ouvrages, plus de premiers romans, plus de densité. Je commence par Monica Sabolo dont le dernier livre, Summer (Livre de poche) a laissé son empreinte dans mon esprit.

Pour Eden, très réussi, tant dans son originalité que dans son traitement, Monica Sabolo continue de polir un champ d’expression qu’elle affectionne: l’adolescence. Quel plaisir ! Quelle maitrise du récit articulé autour d’une forêt mystérieuse qui tient certainement le premier rôle. Un très beau sixième roman, dense, très bien écrit, lu en deux jours tant je me suis laissée porter par la fluidité de sa narration. Une pépite et je souhaite à Eden un prix littéraire dans les prochaines semaines ! Une critique ne suffira pas pour cet ouvrage. J’ai donc décidé d’écrire une lettre à l’un de ses personnages principaux, la jeune Nita.

« Chère Nita, j’ai écrit à de nombreuses reprises sur l’adolescence. De part son chaos, c’est une période qui provoque l’émoi, donc tutoie l’inspiration, chez les écrivains. Sa plasticité, et l’inventivité qu’elle permet, soufflent vie et puissance à l’artistique. Monica Sabolo t’a ainsi donnée la vie entre les ruines de l’enfance et la promesse d’un monde adulte encore flou dont tu ne maitrises pas les codes,. Un monde après lequel tu cours de manière frénétique. Voilà bien l’un des buts de l’adolescence !

Nita, sans surprise pour les vieux imbéciles que nous sommes et qui avons préparé ce terrain miné appelé futur, tu te heurtes à une ambivalence forte: le feu d’un monde nouveau, que tu appellerais Eden, s’allume dans cette énigmatique réserve et pourtant tu te cognes à son vitrée. Tu es élevée seule par ta mère. Ton père s’est évanoui trois ans auparavant à la lisière de la forêt, non sans laisser une montagne d’interrogations et de fantômes. Autochtone, tu cherches tes semblables, une communauté de pubères constituée par affinité. Presque par scissiparité. Vous vous ressemblez en partie, et votre rapport au monde, frais de l’enfance et d’une beauté naïve, vous permet d’accueillir à bras ouverts la singularité et le mystère.

Un soir de bal, ton étrange amie Lucy, qui vit seule avec son père, disparaît brutalement près du lac. Avalée, violée, et recrachée trois jours plus tard par la forêt. Mutique, Lucy rejoint alors, de manière spirituelle et organique, les esprits qui seuls l’apaisent et lui permettent de survivre. Un monde à part.

Tu décides de percer le secret de ces bois habités qui rejettent les hommes traumatisés, blessés au sang, laissés pour mort par des créatures inconnues. La forêt, comme un monde fantasmagorique, truffée d’esprits et de spectres vengeurs ? Comme un monde cruel peuplé d’hommes blancs responsables de la déforestation de la région ? L’effrayante forêt, à la fois ombre et lumière, t’appelle et fait jaillir en toi un sentiment de culpabilité.

Afin de rendre justice à Lucy, tu te lies avec les malicieuses serveuses du Hollywood. Un bar qui délimite deux mondes et paraît jouer le rôle de frontière. Mais la lisière de la forêt, Nita, délimite t’elle uniquement l’action du peuple autochtone ? Les conquérants des vaincus ? Le visible de l’invisible ? Et sais-tu que la liberté s’acquiert au prix d’un engagement insensé ?

L’Eden est un mythe qui disparaît au fil des incidents. Au delà des récits que tu tisses dans ta chambre, non sans avoir réprimandé ta mère au passage, le réel revient toujours en boomerang ! Ta force réside dans ta détermination, l’envie de croire en l’amitié, en la sororité, dans ton profond désir d’en découdre avec tous ceux qui mettent en place des barrières, ne respectant plus aucune humanité. Un rêve dingue : en découdre pour trouver un ailleurs ?

Nita, tu vas plaire à tous ! A la jeunesse qui préfère aujourd’hui changer son mode de vie plutôt que de continuer de mener cette terre fragilisée dans une impasse, aux femmes et aux hommes qui ne supportent plus l’asservissement d’un genre au profit unique d’un autre, à ceux qui réclament de penser l’écosystème dans lequel nous vivons de manière plus saine et plus juste pour l’ensemble des hommes habitant cette planète.

Tu panseras tes blessures, et celles de tes amis, tu feras tienne l’expérience, et la mystique des alliés, tu te transformeras à leur contact, tu danseras et chercheras l’amour et la puissance. Envahie de doutes Nita, c’est dans la brutalité du monde qui t’entoure que tu trouveras la force d’agir. Nita, c’est une grande chance de t’avoir croiser ! »

Eden, de Monica Sabolo aux éditions Gallimard (2019)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.