Leur séparation, de Sophie Lemp

Leur séparation, de Sophie Lemp

Sur une superbe toile d’Edward Hopper (Room in New York), s’ouvre le sensible roman de Sophie Lemp. Ce n’est pas d’une séparation, dont l’auteure vous parle, mais bien de Leur séparation, celle de ses parents, à travers l’émotion et le vécu de l’enfant qu’elle était. Un moment clé, et fugace, de son histoire, comme un instantané. Si marquant, que chaque souvenir remonte avec précision et détails désarmants.

Ecrire une critique littéraire sur un sujet qui pourrait être le vôtre. Celui d’une jeune enfant de l’école primaire qui, un après-midi d’automne, voit une partie des meubles de l’appartement familial partir. Elle rentre à l’heure du goûter, et son père n’est plus là. Son monde, cadre fixe et rassurant, sera vidé de sa présence, les objets, porteurs de mémoire, les photos aussi : tous auront disparu. Son monde, perçu avec les yeux et le cœur naïfs et pleins de joie d’une enfant de 10 ans, ne sera plus jamais le même. Trop tôt, bien trop tôt, avant la séparation psychique nécessaire à la naissance du jeune adulte. Leur séparation comme une première rupture. L’auteure aurait certainement pu utiliser le célèbre « je me divorce » tant la triangulation entre elle, enfant unique, et ses parents, est forte.

En tant que lectrice, je sens la grammaire nécessaire à la fillette qui se raccroche à la mémoire. Pour l’enfant, le futur est court-termiste, et il est réconfortant de se réfugier dans le passé. Sophie Lemp donne à voir de nombreuses références au réel et à son univers des années 90 : le générique de son dessin animé préféré, qui permettait une grasse matinée dominicale à ses parents, les chansons écoutées, un dîner chez des voisins dont elle revient avec un petit chat, les marrons ramassés, les goûters d’anniversaire, les vacances d’hiver, etc.

 

L’enfance en creux avec une blessure présente et indicible qui scinde l’être en deux. La situation paraît aujourd’hui banale mais elle ne l’est pas. Dans le récit, l’ambivalence vécue pas l’enfant pendant le divorce, est particulièrement bien décrite : « L’année suivante, au mois d’août, j’ai écrit (sous entendu dans son journal intime) Je vais te faire part de mon rêve le plus cher : dîner ou déjeuner avec Maman et Papa. Et que Maman et Papa s’aiment mais je sais que c’est impossible ». La réconciliation, où le rêve commun des enfants du divorce.

La division, ramenée à l’époque, est toujours un sujet d’actualité : être présent un week-end sur deux, une semaine de vacances sur deux, choisir Noël ou jour de l’An, apprendre sa poésie chez papa ou maman ? Des choix encombrants, une arithmétique pleine de doutes. La fillette s’interroge sur ce que peut faire son père, quand elle n’est pas présente, dans ce nouvel appartement si petit et pourtant plein des efforts paternels pour l’accueillir « comme avant ». Elle n’arrive pas non plus à vivre l’instant présent, avec ce père, quand elle laisse sa mère si triste en milieu de semaine ou pendant les congés. Conflit de loyauté si naturel et déroutant. S’accrocher à des repères friables pour se construire, mais comment ? Ecrire pour se souvenir ? Une belle idée consolante qui dit « ne pas chercher à être au plus près de ce qui a eu lieu mais de ce que j’ai vécu ». La quête du vrai, à chaque ligne, pour l’enfant qu’elle était. Ni subterfuges, ni farces.

En 1762, Rousseau, qui sacralisait l’enfance, met en garde contre l’entrée trop rapide de l’enfant dans le monde adulte, qui compromet sa liberté, et évoque le nécessaire de « laisser mûrir l’enfance dans les enfants. ». L’enfant n’est plus regardé sur le mode du manque mais est alors envisagé comme un monde plein avec ses qualités intrinsèques. « L’enfance a des manières de voir, de penser, de sentir, qui lui sont propres; rien n’est moins sensé que d’y vouloir substituer les nôtres. ».

C’est l’invitation de Sophie Lemp dans Leur séparation : une fine et délicate introspection, couchée sur le papier à l’âge adulte. A l’âge où Sophie Lemp est elle-même devenue mère. Un roman bouleversant pour ma part !

Retrouvez les lectures de Sophie Lemp sur le compte Instagram de la maison d’édition.

Leur séparation, de Sophie Lemp aux éditions Allary (2017)

Laisser un commentaire